LA REPENTANCE: CLE DE LA DELIVRANCE
Introduction :

Aucun ministère de la délivrance, aucune pratique de délivrance ne peut libérer une personne qui ne s’est pas repentie de son péché. Aucune imposition des mains ne libérera quelqu’un qui garde dans son cœur le poids de ses péchés.
Jean-Baptiste, Jésus et les apôtres ont tous prêché d’abord la repentance avant toute autre chose. C’est à ce seul prix qu’on peut naître de nouveau, en recevant le baptême dans le Saint-Esprit et qu’ensuite on peut retrouver la plénitude du Saint-Esprit que l’on perd quand nous péchons, puisque le péché attriste le Saint-Esprit, Eph. 4 : 30.

I - Pas de délivrance sans repentance.
Le nouveau converti doit détruire tous les liens qu’il a avec l’occultisme pour se séparer de Satan. Celui qui ne se repend pas complètement au jour de sa conversion ne sera pas totalement délivré et sa vie chrétienne le fatiguera au lieu qu’il mène une vie victorieuse, une vie de victoire sur le péché. Au lieu de mener le bon combat de la foi ( dans l’évangélisation ou en dénonçant les fausses doctrines et les mauvaises pratiques dans les églises ), il va se fatiguer à lutter contre la misère de sa propre vie spirituelle.
C’est la Parole de Dieu qui libère et non les soi-disant “ Hommes de Dieu ” qui courent les rues de nos jours. Partout où la Parole de Dieu est fidèlement prêchèe, de vraies repentances ont transformé des vies.
Un cœur endurci ne sera jamais délivré. Simon le magicien – Ac. 8 : 9-11,18-24 – crut à la Parole prêchée mais il ne se repentit pas, bien qu’il ait été baptisé. Il voulut acheter la puissance de Dieu avec son argent : “ Simon lui-même crut et après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, v. 13 … lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, v. 18 …Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi … ton cœur n’est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté … car je vois que tu es dans les liens de l’iniquité. ”
Pierre n’a pratiqué aucun ministère de délivrance, comme c’est le cas aujourd’hui dans bien des églises, mais il exhorte Simon le magicien à se repentir : “ Repens-toi donc de ta méchanceté et prie … ”. Le problème, c’est la méchanceté de Simon. Le remède, c’est sa repentance et non l’action d’une autre personne : exorciste ou expert en délivrances !

2 - Satan nous tente mais il ne peut pas nous forcer à pécher.
Ananias et saphira – Ac. 5 : 1-10 – sont morts pour avoir menti au Saint-Esprit. Il ne s’agit pas de chrétiens “ démonisés ”. ( Ce terme n’existe dans aucune langue ! ) Satan a mis dans leur cœur la pensée de l’amour de l’argent et du mensonge. Si Ananias avait été possédé, il ne serait pas coupable :
- v. 3 “ Pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur ? ”
- v. 4 “ Comment as-tu pu mettre dans ton cœur un pareil dessein ? ”
Pierre impute la faute à Ananias et non à Satan car ces deux questions se résument en une seule : “ Pourquoi as-tu laissé Satan remplir ton cœur ? ” Ananias pouvait résister à cette tentation du diable ; cf. I Co. 10 : 13 “ Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi un moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. ”
Pierre n’a pas exorcisé Ananias mais il lui a annoncé le châtiment exemplaire de Dieu en ce début de l’Eglise où Dieu ne tolérait aucun exemple aussi mauvais.
Les apôtres n’ont jamais aidé les chrétiens qui tombaient dans le péché en chassant des démons de leur vie. Ils ont toujours enseigné la repentance, la discipline, l’obéissance à Dieu, la fidélité à la Parole de Dieu, la persévérance, la marche dans le Saint-Esprit par la foi, le pardon et l’emploi des armes de Dieu pour résister à Satan, Eph. 6 : 11-17.

L’esprit de timidité n’est pas un esprit qu’on doit chasser – II Tim. 1 : 7 – C’est une attitude, un comportement, de même que l’esprit de force et d’amour est un fruit du Saint-Esprit et non une personne spirituelle qui doit venir habiter en nous.
- David, quand il s’est repenti, dit avoir un esprit brisé ( Ps. 51 : 9 )
- Paul parle de venir à Corinthe avec un esprit de douceur ( I Co. 4 : 21 )
- Pierre nous parle de la pureté d’un esprit doux et paisible ( I Pi. 3 : 4 )
Ces états d’esprit sont des dispositions du cœur, bonnes ou mauvaises.
Le grand conflit dans la vie chrétienne n’est pas entre le Saint-Esprit et les démons, mais entre le Saint-Esprit et ma nature pécheresse : moi-même.

3 - Aujourd’hui, la responsabilité du pécheur est minimisée.
Face au péché dans lequel nous tombons, soit :
- nous accusons Satan de nous tenter ( au-delà de nos forces ), de nous contraindre à pécher.
- nous accusons un démon de nous habiter à notre insu.
- nous accusons indirectement Dieu de laisser Satan ou un démon nous tenter
- on bien, nous nous accusons nous-mêmes de n’avoir pas résisté à Satan et de lui avoir donné accès.
Et seule cette accusation, qui vient de notre conscience, est valable ! Car la Bible nous enseigne de :
- Résister à Satan : Eph. 6 : 13 ; I Pi. 5 : 9
- Tenir ferme contre Satan : Eph. 6 : 11,13,14
- Ne pas donner accès au diable : Eph. 4 : 27
- Fuir devant Satan : Ja. 4 : 7
Cette solution qui consiste à s’accuser soi-même conduit à un combat contre Satan qui est purement défensif puisque le péché vient de nous-mêmes ( notre cœur, nos pensées, notre chair, notre convoitise, … ) et devant la tentation, ma part est d’y résister.
Ni Satan, ni un démon ne peuvent cohabiter avec le Saint-Esprit dans le cœur d’un chrétien. Satan ne peut même pas toucher un chrétien réel, né de nouveau, I Jn. 5 : 18 “ … celui qui est né de Dieu se garde lui-même et le Malin ne le touche pas. ”
C’est la psychologie moderne qui veut faire de nous des victimes au lieu de responsables. Si nous pêchons, nous sommes les seuls à blâmer car I Co.10 : 13 nous dit que Dieu ne permet jamais à Satan de pouvoir nous tenter au-delà de nos forces spirituelles de résistance.

Les faux enseignements qui innocentent le pêcheur en accusant Satan ou ses démons, empêchent le coupable de se repentir.
Si nous pêchons, c’est notre choix.
Ja. 1 : 14-15 “ Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : C’est Dieu qui me tente … il ne tente lui-même personne … la convoitise … enfante le péché. ” Donc, c’est la convoitise provenant de ma vieille nature pécheresse qui me fait pécher. Les prédicateurs de la délivrance donnent aux chrétiens de fausses excuses et ils attribuent ainsi plus de puissance à Satan qu’au sang de Jésus qui nous délivre de la puissance du péché par sa victoire de la Croix.
Si un chrétien retombe dans le même péché, c’est que sa communion avec Dieu est très relâchée ; c’est qu’il s’est lui-même éloigné de son Seigneur et Bon Berger Jésus-Christ. Qu’il n’accuse pas un démon mais son cœur qui apprécie et aime encore ce péché !
Jésus a déclaré dans Mt. 15 : 19 : “ C’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies. ”

4 - Ne confondons pas notre nature pécheresse et Satan
Ce que certains appellent démons : démons de la colère, démon de la jalousie, démon de la distraction pendant le culte, … ne sont rien d’autre des œuvres de la chair ( la chair = la direction de notre vie sans Dieu, la volonté de l’homme sans Dieu ).
Jamais la Bible ne nous a dit de chasser la chair.
Le pêcheur ne doit pas fuir sa responsabilité, qui est de crucifier sa chair, au lieu de se laisser aller à ses instincts pour ensuite accuser Satan ou ses démons !
- Ro. 8 : 13 “ Si vous vivez selon la chair, vous mourrez, mais si par l’Esprit, vous faîtes mourir les actions du corps, vous vivrez. ”
- Col. 3 : 5 “ Faîtes donc mourir ce qui, dans vos membres, est terrestre : la débauche, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et la cupidité. ”
- Ga. 5 : 24 “ Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. ”
Ne fuyons pas devant le processus douloureux mais indispensable de la crucifixion de nous-mêmes. N’excusons pas notre nature charnelle. Nulle part, dans la Bible, on a chassé des démons chez un croyant. Nulle part on nous dit d’exorciser la chair.
Au lieu d’insister sur la puissance de Satan, insistons plutôt sur celle de Jésus-Christ qui nous garde. Sinon Satan devient le centre des préoccupations des croyants au lieu que ce soit Jésus-Christ le sauveur. I Jn. 4 : 4 “ Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. ” Notre seul comportement biblique face à Satan est de lui résister.

5 - Les attaques de l’ennemi sont extérieures à nous.
C’est de l’extérieur que Satan nous attaque. Notre seule part est de lui résister ( Eph. 6 : 13 ; I Pi. 5 : 9 ), en tenant ferme devant lui ( Eph. 6 : 11,13,14 ), en ne lui donnant pas accès ( Eph. 4 : 27 ) ou en fuyant devant lui ( Ja. 4 : 7 ). De plus Satan ne peut pas nous toucher quand nous sommes à côté de Jésus ( I Jn. 5 : 18 ). C’est la brebis qui s’éloigne du troupeau que le loup dévore ( I Pi. 5 : 8 ), et non celle qui marche au pied de son berger. Celle-là Satan ne peut pas la toucher.
Paul avait un problème spirituel, une écharde dans sa chair, II Co. 12 : 7 et trois fois il a prié pour cela. Dieu ne l’a pas délivré mais il lui a dit de compter sur sa grâce.
- cette écharde n’est pas révélée car elle est un exemple pour nous tous, qui devons compter sur la grâce de Dieu quand il n’exauce pas notre prière.
- cette attaque extérieure, “ il m’a été mis une écharde ” était permise et contrôlée par Dieu.
- cette écharde était une épreuve positive comme protection contre l’orgueil pour celui qui a reçu tant de révélations importantes et qui est monté jusqu’au ciel ( II Co.12 : 1-4 ).
- cette délivrance de l’écharde non accordée nous enseigne que Dieu répond par un refus quand il a quelque chose de meilleur pour nous ( notre sanctification produite par l’épreuve ).
- cette écharde maintient Paul dans la dépendance du Seigneur et de sa grâce. Plus nous sommes faibles et plus nous devenons forts en nous appuyant sur Dieu.
- cette écharde nous rappelle que sa grâce nous est indispensable pour pouvoir le servir fidèlement.
Cette grâce est donnée à tous ceux qui sont décidés à vivre fidèlement sur les traces de Jésus. Plus nos épreuves sont grandes et plus la grâce de Dieu se manifeste car “ Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ”, II Co. 12 : 10. C’est quand nous sommes conscients de notre propre faiblesse et que nous comptons le plus sur Dieu que nous sommes alors forts en Jésus-Christ. Ainsi toute la gloire revient à Dieu seul.

Conclusion.
Nul ne peut être délivré de son péché sans passer par la repentance.
Satan ne peut, en aucun cas, nous contraindre à pécher car lui-même ne peut rien faire sans l’autorisation de Dieu ( cf. Job 1 et 2 ) qui nous met à l’épreuve de cette façon et qui ne veut pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces spirituelles, I Co. 10 : 13.
Donc, ne minimisons pas notre responsabilité qui reste entière quand nous péchons. Pécher, c’est notre choix et c’est à nous-mêmes que nous devons nous en prendre.
Toute attaque est extérieure à nous car un chrétien ne peut pas être possédé. Si nous vivons en étroite communion avec notre Berger, Jésus-Christ, nous surmonterons ces tentations de Satan car Jésus l’a déjà vaincu à la Croix.

Vues : 604

Commenter

Vous devez être membre de « Chrétiens en réseau » avant de pouvoir ajouter des commentaires!

Rejoindre Chrétiens en réseau

Facebook

Actualité chrétienne

Une chrétienne de 17 ans meurt étranglée au Pakistan

Une adolescente chrétienne de 17 ans a été étranglée à mort par une famille musulmane au Pakistan parce qu’elle n’a pas réussi à lui donner satisfaction dans l’accomplissement des tâches ménagères qu’elle effectuait au domicile de ses agresseurs. Dans le district de Gujranwala, à Kamonki, Kainat Salamat, une jeune chrétienne pakistanaise a été assassinée par […]

L’unité des chrétiens

L’unité des chrétiens sera le thème central des célébrations du 70e anniversaire du Conseil œcuménique des Églises (COE). Que dit la Bible à ce sujet ? Christ a instamment prié pour l’unité des chrétiens : « que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux […]

L’unité des chrétiens, un thème cher au pape François

Le pape François, « en chef d’orchestre de l’unité des chrétiens », se rendra en Suisse jeudi pour les célébrations du 70e anniversaire du Conseil œcuménique des Églises (COE), les églises qui confessent le Seigneur Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur selon les Écritures et s’efforcent de répondre ensemble à leur commune vocation pour la gloire de Dieu. […]

© Chretiens.info,   Site officiel du Journal Chrétien dirigé par le pasteur Aloys Evina de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France   .

 |  Signaler un problème  |  Privacy Policy  |  Conditions d'utilisation